Menu Fermer

Un piolet dans les mogettes

Extraits:

Accoudé au bar, Risel observa de loin Delmas parlementer avec la Directrice qui, soudain, s’anima vivement en levant haut le bras droit ; puis le divisionnaire se pencha légèrement, la main droite plaquée sur le cœur, la gauche à peine posée sur l’épaule de son interlocutrice ; sa main droite quitta le torse et déclencha le lever de l’index à hauteur des yeux, puis, magistralement, elle s’éleva encore, la partie interne à plat et face au front de Sophie Duboc, pour un probable engagement solennel. Telle une souris, la responsable du Centre trottina à vive allure vers le local technique et revint avec un volumineux magma gris-noir que Risel, malgré la distance, entendit tintinnabuler : le bloc de passes.

Thierry Delmas rejoignit prestement Risel, les yeux illuminés de la flamme du lutteur qui a vaincu.

  • Roy-yal ! Thierry, je t’ai observé, roy-yal ! Mais attention mon bichon, la Sophie va se croire autorisée à certaines faveurs ! Je devine une sexualité refoulée dont tu risques de subir les assauts fougueux dans les meilleurs délais !
  • Bon !  Notre Sophie …
  • Toujours au rang des suspects ….
  • C’est vrai Jo ! On verra plus tard. Notre Sophie, disais-je, va convoquer tout le Centre par appel sur haut-parleurs afin de me ménager une intervention publique. Je vais expliquer quelques éléments d’enquête, à ma façon et histoire d’apaiser les esprits ; je confirmerai les règles de circulation dans le Centre et à l’extérieur. Chacun pourra rependre son programme de vacances. Tu devras vérifier la présence des suspects, le cas échéant avec l’assistance de Chaumat et aussitôt, investiguer en un temps record dans leurs appartements. Surtout, que l’adjudant ne se doute pas de ton escapade, dans le pire des cas, tu seras seul au monde et je devrai contraint et forcé, te raccompagner pour un aller simple Genève-Paris !
  • OK Casanova du troisième âge, à toi le beau rôle, à moins l’ingratitude de la mélodie en sous-sol ! Allons rejoindre le bar !

Les deux hommes gagnèrent le point de chute tant espéré de Risel.

Avec en mains, respectivement un Bourbon sec pour Delmas et un Martini on the rocks pour Jo, ils s’installèrent à la terrasse du Centre ; quelques vacanciers rappliquaient, la chaleur encourageant les faiblesses apéritivesques.

Apercevant Chaumat, Risel lui fit un grand signe, tenant à lui manifester ses bonnes intentions après les remontrances de son ami. Surpris, l’adjudant s’approcha sans enthousiasme, presque méfiant. Il reçut l’invitation souriante du détective :

  • Adjudant, je vous offre un verre, asseyez-vous !

Déroutant, il apporta lui-même le pastis souhaité par Chaumat et se fendit d’un résumé des premiers interrogatoires de la matinée.

Il enchaîna sur Chamonix, capitale mondiale de l’alpinisme au Dix-neuvième Siècle, site naturel classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’attendrit sur Victor Hugo et les contemplatifs, attirés par la vallée, salua la Compagnie des Guides de Chamonix fondée entre 1821 et 1823. A l’évocation de Maurice Herzog, maire de la ville dans les années Soixante-dix, Chaumat s’épancha quelque peu : fier de l’envolée élogieuse du flatteur détective à l’endroit de sa région, il embraya dans la travée ainsi ouverte et précisa les étapes de la carrière du célèbre alpiniste. Porté par un loyal chauvinisme, il allait glorifier les grandes courses de Rebuffat sur le Massif du Mont Blanc lorsque Delmas interrompit la conversation, laquelle venait de sceller la tacite réconciliation (aux yeux de Chaumat) des deux hommes.

  • Messieurs, je dois préparer mon intervention. Jo, je te suggère de mémoriser les fiches Augry, Charcot, Polisseau, Hilairet et Michon, tous suspects ou témoins non rencontrés ; Chaumat, merci de communiquer ces éléments à Monsieur Risel.  

Ravi et fier d’avoir été d’une certaine façon associé au staff grâce à Jo, rasséréné, l’adjudant s’éclipsa aussitôt.

1 Comment

  1. Hervé HOCQUET

    Un Vendéen en vacances à Chamonix,
    Un crime… résultat d’une rixe ?
    Un assassinat à la Trotsky
    Dans ce petit coin de paradis ?
    Aussitôt il saute sur son stylet
    Et nous parle de ce satané piolet
    Pour que sorte de sa féconde tête,
    Depuis peu nourrie aux mogettes,
    Cette sombre intrigue policière
    Dont il peut légitimement être fier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aller à la barre d’outils